Agenda de l’IDP

Journées à Tours

Léonard de Vinci et la lumière
Pascal BRIOIST (Centre d’études supérieur de la renaissance, Univ. Tours)
mardi 21 avril 2015 17:30 -  Tours -  Amphi 21

Résumé :
L’effet de lumière qui construit le portrait de la dame à l’hermine, Cecilia Gallerani, donne l’impression qu’une porte vient de s’ouvrir dans la pièce sur un personnage attendu et aimé. Le jeu subtil de l’ombre et de la lumière (l’ombre portée des perles du collier ou celle de la main) crée un singulier effet de réel. Dans un autre portrait de belle Milanaise, celui de Lucrezia Crivelli (la Belle Ferronière), Léonard démontre encore sa compréhension des phénomènes optiques en donnant à la peau une couleur orangée lorsque la lumière transmet le reflet d’une robe rouge. Dans les deux tableaux, le traitement de la lumière et de l’ombre est particulièrement subtil et correspond aux réflexions que Léonard met en ordre dans son fameux traité de peinture sur les ombres simples et les ombres composées ou sur l’intensité des ombres. Un troisième tableau, la Vierge aux Rochers, est un véritable exposé sur la question des intensités de lumière provenant de diverses sources d’illumination : une source lumineuse vient des rochers de l’arrière plan et une autre, située au dos de l’artiste en train de peindre, éclaire les visages créant des effets de clair-obscur et de gradation de la couleur donnant volume aux personnages. Les expériences scientifiques sur l’ombre et la lumière n’ont de fait jamais cessé de nourrir le travail de Léonard et furent guidées par une théorie de la vision originale mais fondée sur une longue tradition dont nous pouvons retracer les étapes. Aussi commencerons nous par décrire les principales réflexions des prédécesseurs de Léonard dans le domaine de l’optique.

Liens :